L'Insatiable | La Maille en péril aux Lilas
530
page-template-default,page,page-id-530,paged-2,page-paged-2,ajax_leftright,page_not_loaded,,select-theme-ver-3.1,wpb-js-composer js-comp-ver-4.4.4,vc_responsive
 


[VU


DE FACE]

 

Qu’en est-il de l’ordre de quitter les lieux ?

Nous sommes en bons termes avec notre propriétaire, nos difficultés viennent de la non reconduction provisoire de notre convention. Nous ne voulions pas commencer une saison sans être certains de pouvoir payer les artistes et les charges afférentes. La saison 2014-2015 s’est terminée en beauté aux lilas, dans une salle prêtée par Le Triton avec Nothing Hurts.

 

La-Maille-avant-les-travaux

La Maille avant les travaux. © La Maille

Et votre public ?

Nous avons le soutien des habitants des Lilas. Les publics ont toujours été au rendez-vous dans notre salle de 60 places. Il y a beaucoup de jeunes, mais pas seulement. Revenir à la dimension locale dans le travail théâtral est essentiel. En l’espace de six ans, nous avons donné trois créations et une reprise, soit 200 représentations en Île-de-France avec quatre auteurs, dix-huit comédiens, deux metteurs en scène, un compositeur, deux plasticiennes, quatre régisseurs devant 7000 spectateurs. Le pari de la création a été gagné dans sa dimension locale et régionale.

Mais nous préférons fermer La Maille pour préserver la compagnie, nous irons là où nous serons  désirés.

Mais nous préférons fermer La Maille pour préserver la compagnie, nous irons là où nous serons  désirés. Nous avons des rêves après avoir géré un lieu. Nous avons dit aux amateurs que nous ne les laisserions pas tomber, je vais écrire pour eux un texte choral et concentrer mon travail sur le public « empêché ». Depuis début 2000, un quart de mon temps a été consacré à la formation, avec une mixité sociale, de faibles cotisations. J’ai formé pendant six ans 150 jeunes dont certains ont intégré mon équipe et, pendant ces six années, ils ont eu la clef du lieu. On m’a beaucoup donné, j’ai voulu transmettre.trianglesignature

 

Propos recueillis par Édith Rappoport

 

 

  • Le Navire Night de Marguerite Duras, par la compagnie Théâtre A, sera présenté en décembre prochain et en janvier 2016 à Lilas en scène et au Garde-Chasse aux Lilas.
  • La Maille – 43, rue du Coq-Français – 93260 Les Lilas – http://theatrea.fr