L'Insatiable | Teatro a Corte dans la cour des grands
1361
page-template-default,page,page-id-1361,paged-2,page-paged-2,ajax_leftright,page_not_loaded,,select-theme-ver-3.1,wpb-js-composer js-comp-ver-4.4.4,vc_responsive
 



[VILLES


ET


FESTIVALS]

 

Promenade au château d’Ambra Senatore, Teatro a Corte, 2016 © Thomas Hahn

La création in situ va, a priori, dans le sens inverse de coproductions internationales plus faciles à réaliser quand des artistes créent pour la boîte noire. En même temps, il y a en France le programme « Monuments en mouvement » lancé par le Centre des monuments nationaux qui connaît sa deuxième saison et travaille dans un esprit comparable. Avez-vous prévu des collaborations ?

J’ai l’intention d’essayer de mettre en place ce type de coopération avec de nouveaux partenaires. Pourquoi pas « Monuments en mouvement »…

Déjà, cette année, Ambra Senatore, chorégraphe turinoise récemment nommée à la direction du Centre chorégraphique national de Nantes, crée pour la Reggia di Venaira Real près de Turin une pièce qui sera reprise au Château de Chambord…

Le projet d’Ambra Senatore est né grâce à mon amitié avec Frédéric Bouilleux, l’ancien directeur de l’Alliance française de Turin, nommé directeur général adjoint du Domaine national de Chambord en 2014. Ensemble, nous avions imaginé des spectacles assez insolites, par exemple un parcours sur le thème du voyage en collaboration avec le Théâtre des Célestins de Lyon, joué dans le métro turinois par une distribution franco-italienne. Et le Château de Chambord entretient aujourd’hui des liens forts avec la Venaria Reale. Dès la nomination de Frédéric Bouilleux à Chambord, nous avons cherché des projets communs, et Ambra Senatore, artiste turinoise qui connaît bien le public et les ambitions de Teatro a Corte, a accompli un beau parcours en France.

As the World Tipped à Teatro a Corte, 2016 ©Thomas Hahn