L'Insatiable | Teatro a Corte dans la cour des grands
1361
page-template-default,page,page-id-1361,paged-3,page-paged-3,ajax_leftright,page_not_loaded,,select-theme-ver-3.1,wpb-js-composer js-comp-ver-4.4.4,vc_responsive
 



[VILLES


ET


FESTIVALS]

Vous programmez cette année deux compagnies anglaises, le Wired Aerial Theatre et Ockham’s Razor, avec des spectacles de danse verticale et de cirque contemporain. L’appartenance du Royaume-Uni à l’Union européenne facilitait sans doute l’accueil de compagnies britanniques. Après le Brexit, pourrez-vous travailler avec elles dans les mêmes dimensions ?

Avec le vote en faveur du Brexit, il est d’autant plus important que les compagnies britanniques soient présentes au festival ! Il faut montrer que la culture anglaise fait partie de l’Europe.

Même si, à l’avenir, il devenait plus compliqué d’obtenir les visas de travail des artistes britanniques ?

Nous avons aussi accueilli, dans le passé, des artistes de pays non membres de l’UE, comme la Russie, la Turquie ou Israël. Nous ne laissons pas la bureaucratie intervenir dans les choix de programmation.

Mais derrière ces questions pointe celle des financements. Recevez-vous des fonds européens ?

Non, nous n’avons jamais touché un seul euro de l’UE. Nous avons fait une demande il y a deux ans parce qu’il y avait un programme de soutien à des festivals correspondant au nôtre. Nous étions au rendez-vous sur tous leurs critères. Mais nous n’avons pas été retenus.

Depuis les élections municipales de juin 2016, Turin a une nouvelle maire, Chiara Appendino du Movimento 5 Stelle, qui s’arroge la responsabilité des Affaires culturelles (Eventi, attività e manifestazioni culturali). Qu’attendez-vous d’elle ?

C’est une première pour ce parti et c’est la première fois qu’une femme dirige une ville. Il a même fallu créer le mot de sindaca, le féminin de sindaco (maire). Personne ne sait rien des intentions de cette nouvelle municipalité appartenant à un parti qui se définit comme eurosceptique.

En effet, nous sommes au début du mois de juillet et, dans la presse turinoise, le volume des informations sur la nouvelle municipalité et sa politique est strictement… nul !

Je l’ai invitée car j’espère qu’elle saura apprécier le travail d’un festival comme le nôtre, mais elle n’a pas encore répondu. Elle a été élue il y a moins de trois semaines. Laissons-lui le temps de s’apercevoir de notre existence. Il me semble qu’elle soit une personne plutôt cultivée et raisonnable.trianglesignature

 

 

Propos recueillis par Thomas Hahn

 

As the World Tipped à Teatro a Corte, 2016 © Thomas Hahn