L'Insatiable | De la Roumanie au Périgord, en roulotte
772
page-template-default,page,page-id-772,paged-3,page-paged-3,ajax_leftright,page_not_loaded,,select-theme-ver-3.1,wpb-js-composer js-comp-ver-4.4.4,vc_responsive
 



[UN COMBAT


SANS


FRONTIÈRES]

Tu penses que la traction animale pourrait revenir ?

Ça peut revenir dans le maraîchage bio, les vignes, mais cela ne peut que rester à une petite échelle, pour des marginaux comme nous ! Peut-être cela viendra avec la suite des événements. Si le monde devient plus pourri, il n’y aura plus que des tracteurs et des produits chimiques, peut-être si ça s’améliore, les chevaux reviendront… Il y a plein de gens qui se battent pour maintenir ce travail-là. En Roumanie, ils travaillent comme ça. Les premiers que j’ai vus, c’est en Pologne du sud-est, il n’y en a plus dans le reste du pays. En Slovaquie, il n’y en a pas non plus, mais en Hongrie et en Roumanie il en reste. Beaucoup partent à l’étranger pour travailler, ceux-là ont dû vendre leurs chevaux. Le gouvernement a mis des panneaux dans la plupart des villes, et les grands axes, pour y interdire les chevaux. C’est à ce moment-là qu’il y a eu une arrivée massive de chevaux dans les abattoirs…

 

Quelle est la plus grande difficulté de voyager en roulotte ?

Il faut toujours continuer le voyage, car on ne pourra jamais aller plus vite…trianglesignature

 

Propos recueillis par Olivier Schneider

©Cassandre/Horschamp