L'Insatiable | Miss O’Range a une Green Card !
1012
page-template-default,page,page-id-1012,paged-2,page-paged-2,ajax_leftright,page_not_loaded,,select-theme-ver-3.1,wpb-js-composer js-comp-ver-4.4.4,vc_responsive
 
[VU DE FACE]

Une complicité des femmes voilées à Dubaï n’est guère étonnante. Ou bien on se dit qu’elles doivent être sous le joug des hommes au point de devenir de zombies…

La France aussi est très sexiste et c’est la première raison d’être de mes personnages et de mes pièces. Mais déjà, la première de Miss Jaune a eu lieu en 2000 à Londres, à la Marche mondiale des femmes. J’étais en résidence au National Theatre de Londres de 1998 à 2000, invité par Jonothan Halloway. Les choses ont commencé à se gâter pour moi à partir de 2002. Enceinte, je ne pouvais plus jouer qu’en France. En 2002, je devais jouer à Chalon dans la rue, mais le FN m’a expulsée du quartier où le spectacle devait avoir lieu. Ils ont remplacé mon spectacle par un concours de belote et j’ai dû jouer ailleurs, en pleine rue, ce qui a transformé mon spectacle en parcours-manifestation. En 2003, j’ai accouché et j’ai donné à ma fille un prénom anglais : Eleanor!

Vos vrais problèmes avec la France commencent en 2008, quand vous jouez à Cuers, et que la ville vous accuse de dégradation sur la voie publique, pour vous punir d’avoir dansé sur le drapeau français.

Mes problèmes ont commencé après. Le maire de Cuers m’a payée, il ne m’a pas censurée. Mais tout le milieu des arts de la rue a crié à la censure, et c’est à partir de là que ce même milieu a commencé à me censurer.

Vous avez été réduite au silence en France et dans la rue, mais vous êtes très présentes dans une sorte de land art photographique où des intrus de couleur orange ou verte affrontent les paysages et des conditions climatiques extrêmes.

J’ai vécu pendant vingt ans avec le photo-journaliste Raphaël Helle. Quand je l’ai connu, il enquêtait sur la montée du Front national. Nous continuons aujourd’hui à collaborer sur un projet autour de mon personnage de Miss O’Range qui s’appelle « Le Grand Dérèglement ». Raphaël appelle ça des fables photographiques. Il a une grande capacité d’improvisation, ce qui n’est pas le cas de beaucoup de photographes. Notre prochaine intervention aura lieu en Australie.

Vous pouvez aujourd’hui voyager à travers le monde pour représenter la liberté de création en France, mais vous ne pouvez pas présenter vos spectacles en France. Y a-t-il de nouveau des portes qui s’ouvrent ici ?

Je l’espère. Je suis en pourparlers avec la scène nationale de Chambéry…

Comment va Poster, votre chien si photogénique que vous baladiez en tant que Miss Rose ?

Il a toujours quatre ans et il est chez moi, bien rangé. Comme son nom l’indique, c’est la photo d’un chien. Je lui ai demandé : « Tu veux venir avec moi, faire le tour du monde ? » Et on a fait le tour du monde !

©Raphaël Helle