L'Insatiable | 11 MARS 2016 FUKUSHIMA NIGHT
747
page-template-default,page,page-id-747,paged-2,page-paged-2,ajax_leftright,page_not_loaded,,select-theme-ver-3.1,wpb-js-composer js-comp-ver-4.4.4,vc_responsive
 
[ANNONCE]

 

En 2006, pour les 20 ans du début de la catastrophe de Tchernobyl, nous avons produit La Diagonale de Tchernobyl, une « caravane » rassemblant jusqu’à cinquante artistes, de « Tcherbourg » à Tchernobyl et retour au festival d’Aurillac. Nous sommes restés un mois dans la région de Tchernobyl pour participer aux commémorations et partager la vie des habitants vivant dans ou à la lisière des zones contaminées.

En mars 2011, la catastrophe de Fukushima nous a sidéré. Mais notre détermination à refuser la perspective probable d’autres accidents nous a amenés à « inventer », pour les Journées d’étude pour sortir du nucléaire de Clermont-Ferrand en octobre 2012, un accident majeur dans une centrale française (celle du Blayais en Gironde) en vue d’offrir le procès des responsables à la sagacité des citoyens. Ainsi, c’est depuis trois ans la tournée sans fin de L’Impossible Procès.

Du 11 au 15 mars 2015, nous avons coordonné à la Maison de l’Arbre à Montreuil Le Bouleau, la Vigne et le Cerisier (sous-titré Tchernobyl, Le Blayais, Fukushima) programmant quatre spectacles, un film, un bal, plusieurs expositions et débats, relayés par une cinquantaine de structures (dont la revue Cassandre/Horschamp).

Plus le temps passe, plus l’impression que nous glissons dans « l’hiver nucléaire » est tangible.

 

Le théâtre peut il faire le poids face à une telle puissance ?

Aucune instance démocratique ni bureaucratique, aucun tribunal, aucune université, aucune COP21 n’ont été en mesure depuis soixante-dix ans d’arrêter la folie prométhéenne des nucléocrates. Rien ne saurait les ébranler. Ni les accidents majeurs, ni la menace d’une guerre nucléaire, ni les pertes financières faramineuses, ni les chantiers sans fin, ni l’accumulation des déchets, ni les études scientifiques contredisant leurs affirmations péremptoires. Comme du temps des Grecs anciens, théâtre peut faire le récit de cette impuissance.

 

Ce 11 mars à la Maison de l’Arbre à Montreuil, vous allez poursuivre ce récit.

C’est ce que nous savons faire ! De 19 heures à minuit, nous allons donner la parole aux citoyens japonais, aux scientifiques, artistes, témoins et protestataires. Il y aura une ou deux liaisons en direct avec le Japon. Projection de films courts, spectacles, débats, mais aussi expositions et stands culinaires ponctueront cette soirée.trianglesignature

 

www.brut-de-beton.net www.diagonaletchernobyl.free.fr

La Maison de l’Arbre – 9, rue François-Debergue – 93100 Montreuil – Métro : Croix-de-Chavaux