L'Insatiable | Supplement
4
home,paged,page-template-default,page,page-id-4,paged-2,page-paged-2,ajax_leftright,page_not_loaded,,select-theme-ver-3.1,wpb-js-composer js-comp-ver-4.4.4,vc_responsive
 


[FIL D'ARIANE]

 

 

La Diagonale de Tchernobyl le 26 avril 2006 par la compagnie Brut de béton

La Diagonale de Tchernobyl le 26 avril 2006 par la compagnie Brut de béton // © Véronique Boutroux

En 2007, notre compagnie a cofondé le collectif indépendant W.H.O santé et nucléaire afin de dénoncer quotidiennement par la présence d’au moins une personne devant le siège de l’O.M.S à Genève la non-assistance de cet organisme aux populations exposées à la radioactivité.

En mars 2011, la catastrophe de Fukushima nous a sidérés.

Mais notre détermination à refuser la perspective probable d’autres accidents nous a amenés à « inventer », pour les Journées d’étude pour sortir du nucléaire de Clermont-Ferrand en octobre 2012, un accident majeur dans une centrale française (celle du Blayais en Gironde) en vue d’offrir le procès des responsables à la sagacité des citoyens. C’est depuis deux ans la tournée sans fin de LImpossible Procès.

Enfin, récemment, du 11 au 15 mars de cette année, nous avons coordonné à la Maison de l’arbre à Montreuil Le Bouleau, la Vigne et le Cerisier (sous-titré Tchernobyl, Le Blayais, Fukushima) : quatre spectacles, un film, un bal, plusieurs expositions et débats, relayés par une cinquantaine de structures.

Cela fait seize ans que nous participons artistiquement à la dénonciation de l’oppression énergétique nucléaire sur les populations.

En vain.

Alors, après l’expérience de Montreuil, nous avons voulu prendre la question de l’avenir nucléarisé par un autre biais. Au-delà de l’artistique, du compassionnel et du militantisme nous avons rédigé un Appel du 26 avril, adressé à toutes les populations, sans référence partisane mais avec le souci de dire la vérité (« Vivre dans la vérité », proclamait Vaclav Havel) sur le présent et l’avenir contaminé par la radioactivité de la planète.

C’est un appel à la réflexion et à l’action, là où l’on est, tel que l’on est.

Il est ainsi rédigé :

 

Appel du 26 avril : Pour une insurrection artistique, intellectuelle, scientifique et populaire contre la poursuite de la contamination radioactive de la planète.
Il est temps que les individus éclairés de notre temps, conscients de l’imminence d’une nouvelle catastrophe nucléaire civile ou/et militaire, aient du courage et se lèvent. 
L’année 2016 devrait être l’année d’une prise de conscience populaire. 
Le 11 mars 2016 sera la journée de commémoration (5 ans après) du début de la catastrophe de Fukushima et le 26 avril (30 ans après) celle du début de la catastrophe de Tchernobyl. 
Partout dans le monde ces dates seront célébrées. 
Il n’est pas acceptable que le lobby nucléaire décide de ce qu’il faudra penser, diffuser, dire et écrire.
Dès aujourd’hui, nous, artistes, journalistes, enseignants, photographes, musiciens, comédiens, bibliothécaires, artistes de rue, scientifiques, danseurs, chercheurs, documentaristes, circassiens, poètes, responsables de salles de spectacle et de cinéma, directeurs de festival, élus, militants, nous mettons au travail pour favoriser l’insurrection des consciences contre l’avenir contaminé et produire, réaliser ou accueillir des lectures, colloques, spectacles, conférences, expositions, projections, bals, carnavals…
Entre le 11 mars et le 26 avril 2016, durant sept semaines, que des textes soient mis en scène, d’autres lus simultanément dans plusieurs lieux, des films projetés, des photos exposées, des débats et des colloques programmés dans les amphithéâtres des Facultés, sur les places publiques, les espaces alternatifs, dans les théâtres municipaux, MJC, les centres dramatiques et les scènes nationales, dans les écoles et bibliothèques, dans les mairies, dans les friches.
Qu’une insurrection des artistes, intellectuels et scientifiques convainque les citoyens d’en finir avec notre avenir contaminé par la radioactivité. Et que mille spectacles, livres, tableaux, ballets, concerts, reportages, bals, colloques, carnavals, poèmes, expositions et recherches s’épanouissent.

 

Voilà. 

En un mois, 150 personnes, associations et structures professionnelles ont signé cet APPEL DU 26 AVRIL. Une cinquantaine de projets sont en route.

L’effet de cet Appel ne sera conséquent que s’il provoque une véritable prise de conscience populaire, donc qu’il soit signé par des dizaines de milliers de personnes et que des milliers d’événements se déploient entre le 11 mars et le 26 avril 2016.trianglesignature

 

Bruno Boussagol

 

  • Pour signer l’Appel pour une insurrection artistique, intellectuelle, scientifique et populaire contre la poursuite de la contamination radioactive de la planète et proposer une action écrire à brut-de-beton@orange.fr